Affaire Dupont et Verlon : « Nous demandons plus de transparence de la justice »

Quatre ans après l’assassinat des deux envoyés spéciaux de RFI dans le nord du Mali, les proches des victimes ont fait un point sur...

Intervention de VINCENT HUGEUX

Ce 2 novembre, A l’occasion de la remise de la Bourse Ghislaine et Claude RFI/ina, VINCENT HUGEUX, Grand Reporter (l’Express) Prix Bayeux-Calvados des correspondants...

Des dessins pour honorer la mémoire de Ghislaine Dupont et Claude Verlon

A l’occasion de la date anniversaire de l’assassinat au Mali, le 2 novembre 2013, des deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon,...

La bourse Ghislaine Dupont-Claude Verlon 2017 décernée à deux Sénégalais

A Dakar, la quatrième bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon vient d’être attribuée à un journaliste ainsi qu’à une technicienne de reportage radio, tous...
No featured image set for this post.

Mali : les primes des militaires mystérieusement disparues

La mort de quatre soldats maliens le 13 octobre dans le centre du pays après l’explosion de leurs véhicules met en lumière des conditions...
No featured image set for this post.

Djihad, révolte et auto-défense au centre du Mali

Alors le conflit s’enlise dans le Nord, c’est au tour du centre du pays de devenir le théâtre d’actions violentes, djihadistes et communautaires. Alors...

Le Mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion

Chaque année, depuis 1995, le mois d’Octobre est un mois au cours duquel, le gouvernement et ses partenaires s’engagent à éveiller les consciences par...

Peut-on encore sauver « le soldat IBK » au Mali ?

Des trois premières années du quinquennat du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », émerge le sentiment d’une énorme espérance trahie. Deux chiffres suffisent...

Mali : deux casques bleus tués et huit autres blessés à Aguelhok dans le nord du pays

Deux casques bleus de l’ONU au Mali ont été tués lundi 3 octobre et plusieurs autres ont été blessés, dont cinq grièvement, dans une...
No featured image set for this post.

Conférence de presse sur la chimio prévention du paludisme

Le programme national de lutte contre le paludisme au Mali et catholic relief service, ont tenu une conférence de presse à Bamako, sur la...

OUMOU SANGARÉ À CARTHAGE: LA VOIX DES SANS VOIX

La chanteuse malienne a du talent, mais son concert, dimanche à Carthage, n’a guère décollé, qui plus est, devant des gradins à moitié vides.

Lorsque le Festival international de Carthage, fidèle à l’esprit de découverte et de rencontre qui l’anime, a programmé Oumou Sangaré, la diva de la chanson malienne, on s’est beaucoup réjoui de cette invitation en pays Bambara, Kozo, Dagon, Peul et Touareg. C’était une opportunité pour redécouvrir la prodigieuse tradition musicale subsaharienne préservée par les Djelis (griots) souverains. Djenné, Ségou, Gao, Tombouctou et Bamako sont autant de haltes magnifiées auxquelles nous a conviés la voix puissante et prenante d’Oumou Sangaré, originaire de Woussoulou, une région du sud du Mali, où les règles régissant ailleurs les castes n’ont pas cours.

LIRE L’ARTICLE

 

 

 


 CONCERT À SÈTE, LES AMBASSADEURS S’ECLATENT!

Cheick Tidiane Seck se régale de retrouver ses vieux complices maliens. © D.R

Mardi 4 août, au Théâtre de la Mer dans le cadre de Fiest’à Sète. Héros de la fusion des musiques populaires maliennes, latino et afro-américaines dans les “seventies”, Les Ambassadeurs se reforment. Le clavier Cheick Tidiane Seck raconte.

Pouvez-vous nous remettre dans le contexte malien qui a amené à la naissance des Ambassadeurs à Bamako ?

Dans les années 1960, au lendemain de l’indépendance au Mali, on avait soif de nouveauté. Tout le monde voulait écouter des “orchestres modernes” avec ces instruments amenés par les colons (violon, accordéon, guitare, piano, etc.). Nous avons électrifié tout cela, avec la ferme envie de créer une musique qui corresponde à notre identité propre. Le début des années 70 marqua l’avènement de ces grands orchestres. À Bamako, en 1970, il y avait donc le Rail Band fondé par Tidiani Koné (qui était l’orchestre permanent du buffet de la gare et où j’ai commencé comme Salif Keita) et Les Ambassadeurs, du Motel de Bamako. Ces formations étaient composées de musiciens maliens mais aussi sénégalais, camerounais, ivoiriens, ghanéens…

LIRE L’ARTICLE


SONGHOY BLUES FAIT SOUFFLER UN VENT DE LIBERTÉ SUR LE FESTIVAL DU BOUT DU MONDE

La fureur de vivre des Songhoy Blues sur la scène du Bout du Monde. © France 3 Iroise

Ils portent haut les couleurs de la culture songhaï, cette ethnie du nord du Mali sous le joug des djihadistes depuis trois ans. Au cours de deux concerts, les Songhoy Blues ont séduit le public du Festival du Bout du Monde sur la presqu’île de Crozon dans le Finistère. Rencontre avec ces quatre garçons qui ont décidé d’empoigner leurs guitares, plutôt que les armes.

En 2012, la progression des rebelles djihadistes dans le nord du Mali les force à quitter leur région d’origine. De cet exil, les Songhoy Blues ont tiré un album au titre évocateur : « Music in exile ». Paru en février 2015, ce premier opus a depuis été salué par la critique, du très réputé magazine Mojo qui lui a accordé 4 étoiles au Guardian qui parle carrément de triomphe. En dignes héritiers du grand Ali Farka Touré, le blues teinté de musique traditionnelle songhaï proposé par ces quatre garçons a de quoi séduire. Leurs chansons décrivent la vie au Mali depuis l’arrivée des islamistes : les persécutions, la fuite et cette rage de vivre et de résister qui les anime au quotidien.

LIRE L’ARTICLE


TEMPS CHAUDS BOUILANTS AVEC BOUBACAR TRAORÉ ET YURI BUENAVENTURA

Samedi, la deuxième, et dernière soirée a tenu toutes ses promesses. Le public des Temps Chauds a même dansé…

Deuxième soirée des Temps Chauds ce samedi 18 juillet au musée départemental des Planons de Saint-Cyr-sur-Planons… La dernière aussi. Déficit chronique oblige, le festival «musiques sans frontières, gastronomie planétaire» avait resserré sa 19e édition sur quatre jours, puis annulé – pardon – « reporté », les spectacles du jeudi et du dimanche faute de préventes. Ne restait donc que le vendredi et le samedi pour se refaire la cerise.

LIRE L’ARTICLE

 


RETOUR AUX SOURCES POUR INNA MODJA DANS SON NOUVEAU CLIP

L’artiste malienne change de registre. Pour son nouveau single intitulé Tombouctou, Inna Modja chante les difficultés que rencontre son peuple, le tout dans sa langue natale : le bambara. Un retour aux sources affirmé et réussi.

Inna Modja, de son vrai nom Inna Bocoum, est née à Bamako en 1984 et est la sixième d’une famille de sept enfants. Très jeune, elle débute la chorale, baigne dans l’univers de Ray Charles, Otis Redding ou Ella Fitzgerald mais s’intéresse aussi au blues, à la soul, au rap et au heavy metal. Sa rencontre avec son voisin musicien, Salif Keita, l’amène par la suite à intégrer son premier groupe, le Rail Band. De cette expérience, la jeune femme se créer son propre univers et décide finalement de se tourner vers la pop soul. En 2009, elle sort son premier album Everyday is a new world puis, deux ans plus tard, on l’a retrouve avec Love revolution qui marque le début de sa carrière. Les titres French Cancan ou C’est la vie la dévoilent sous un jour pétillant. Inna Modja sourit, est lumineuse avec son afro et propose des paroles à la fois légères et sucrées.

LIRE L’ARTICLE


LES AMBASSADEURS, LE PANAFRICANISME EN MUSIQUE

Après avoir dansé et transpiré en première partie grâce à l’ Orchestra Baobab , il est temps d’accueillir les Ambassadeurs . Ce groupe précurseur de la musique de l’Afrique de l’ouest a été créé au début des années 70 par Salif Keita et le guitariste Guinéen Kanté Manfila. Depuis plus de 10 ans ils connaissent un succès fou en Afrique de l’ouest et ailleurs . Les principaux membres ont tous connus de grandes carrières internationales. Quatres piliers constituent le groupe : CheicK Tidiane Seck , un grand claviériste malien qui a fait partie du Super Rail Band dans les années 70 , Salif Keita , Amadou Bagayoko, (le guitariste du duo Amadou et Mariam ) et Ousmane Kouyate.

Ce soir ils sont venus enflammer la scène du théâtre antique de Vienne avec tous les titres qui ont fait leur succès. Ils sont connus pour avoir été de ceux qui ont exporté la musique du monde . Un terme un peu fourre tout car si l’on y dépasse ce clivage , c’est une musique qui sonne pop , un groove accentué par Cheick Tidiane Seck au synthétiseur . C’est la rencontre entre le funk , la musique mandingue, et toutes les sonorités qui fond danser l’Afrique : du coupé décalé ( côté d’ivoire ) , du ndombolo (Congo ) en passant par le soukouss ( rumba Congo zaïroise ).

LIRE L’ARTICLE


RENCONTRE AVEC LE GROUPE MALIEN SONGHOY BLUES

Les Songhoy Blues a répondu à quelques questions à leur sortie de scène à Belfort. Et le bassiste du groupe malien tenait à faire un clin d’oeil à la Franche-Comté. Découvrez pourquoi.

Le bassiste du groupe a suivi des études à distance depuis Bamako à l’université de Franche-Comté. Un salut tout particulier donc pour son directeur de mémoire, Alexandre Moine. Songhoy Blues est actuellement en tournée en Europe et vous parlent en vidéo de leur musique.

LIRE L’ARTICLE

 

 

 


DÉCÈS DE BAKO DAGNON, LA GRANDE VOIX DE LA TRADITION

Elle chantait les valeurs de bravoure, de l’honneur, du travail bien fait, du respect du prochain…

Tôt dans la matinée d’hier, la nouvelle du décès de la grande cantatrice Bako Dagnon s’est répandue à travers la capitale comme une traînée de poudre. La triste nouvelle a surpris presque tout le monde car l’artiste s’était produite en public très récemment à deux reprises à Bamako sans montrer de signe de faiblesse. D’abord le 11 juin au stade Omnisports Modibo Kéïta lors du concert du Centenaire du premier président de la République du Mali, et quelques jours après, soit le dimanche 14 juin dernier, elle anima le Grand prix de la nation au champ hippique.

LIRE L’ARTICLE

 


LÉGENDAIRES AMBASSADEURS

abassadeursLe big band africain se reforme pour porter 
le drapeau de la dignité.

Salif Keita, le claviériste Cheick Tidiane Seck et Amadou Bagayoko (moitié du tandem Amadou & Mariam, mais avant tout chevronné guitariste) ont remonté les Ambassadeurs, mythique big band fondé en 1969 au Mali sous le nom des Ambassadeurs du Motel de Bamako, puis rebaptisés Ambassadeurs internationaux après leur établissement à Abidjan en 1978. Deux récentes publications se complètent à merveille : Rebirth, EP de quatre titres conçu en 2014-2015 par la présente formation, et le double CD les Ambassadeurs du Motel de Bamako, rééditant des pièces enregistrées de 1975 à 1977. En Rebirth, porté par un son actuel mais préservant la saveur originelle, on perçoit la maturité et l’expérience hautement internationale de Salif, Cheick et Amadou.

Ambassadeur 2

Quant à la réédition, elle nous ramène à un âge d’or de la musique africaine, galvanisée par les espoirs que suscitèrent les Indépendances. Avec leur cocktail de traditions ouest-africaines, de rythmes cubains, de funk, les Ambassadeurs embrasèrent les dancings en Afrique et bien au-delà, en Occident et même en URSS, le président malien Modibo Keita ayant rallié le camp du socialisme.

L’ARBRES À PALABRES

« Nos rêves d’émancipation ont été brisés », déclare Salif, fin mai, lors du précieux espace d’échange public, l’Arbre à palabres, au Festival gnaoua d’Essaouira. Il s’enflamme : « Tant de mères n’ont pas fait le deuil de leur enfant mort dans la mer, ouvrez un peu les frontières pour un partage de la souffrance, pour la solidarité. » Cheick, revendiquant son guévarisme, précise : « La barbarie a pris un autre visage. La suprématie financière tient le monde en otage et, ces dernières années, le terrorisme a frappé le Mali. » La lutte continue… Les bénéfices du projet iront à la Fondation Salif Nantenin Keita, qui œuvre à la protection et à l’éducation des personnes souffrant d’albinisme, lesquelles, rappelle Salif, « continuent d’endurer la stigmatisation et, parfois, sont encore tuées lors de sacrifices ». Trente ans plus tard, les Ambassadeurs lèvent toujours haut le drapeau de la dignité et de la liberté.