Doumbia, une condamnation et un bracelet qui posent problème

TongoArrêté à de multiples reprises alors qu’il roulait sans permis, Tongo Doumbia a été condamné à huit mois de prison ferme et 10 000 euros d’amende mercredi par le tribunal de Toulouse. S’il échappe à l’incarcération, l’international malien, en pleine bourre actuellement, risque de devoir porter un bracelet électronique difficilement conciliable avec la pratique du football.

Les infractions routières, ou le péché mignon des joueurs professionnels. Au volant de leurs bolides, une partie d’entre eux ne s’embarrasse pas des limitations de vitesse, écopant généralement d’amendes, de prison avec sursis, voire d’un retrait de permis. Et puis il y Tongo Hamed Doumbia, que rien n’arrête. Privé du « papier rose » depuis plusieurs années, l’international malien a malgré tout refusé de laisser sa berline au garage, continuant à rouler et… à se faire prendre par la patrouille.

Un habitué des délits routiers
2012 : Le joueur est condamné pour conduite sans permis.
Février 2015 : Sans permis et en état d’ivresse, Tongo Doumbia provoque un accident matériel.
1er juin 2015 : A Paris, l’Aigle est à nouveau surpris au volant sans permis.
24 août 2015 : Le milieu de terrain est arrêté sans permis au volant de sa voiture et renvoyé en comparution immédiate.

L’ancien Valenciennois possède dans ce domaine un palmarès long comme le bras (voir encadré ci-contre). Jusqu’à lundi et l’excès de trop. Arrêté au volant de son véhicule lors d’un banal contrôle routier, le joueur roulait sans permis donc et sans assurance. Renvoyé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Toulouse, il a été condamné à huit mois de prison ferme et 10 000 euros d’amende ce mercredi pour délits routiers en récidive.« J’ai beaucoup à perdre« 

Si le tribunal a accédé à la requête de son avocat et l’a autorisé à quitter l’audience libre, lui permettant d’éviter la prison ferme, contrairement à Souleymane Diawara dans une affaire d’un tout autre genre la saison passée, le milieu de terrain de 26 ans ne devrait pas échapper au port d’un bracelet électronique. Une contrainte difficilement conciliable avec la pratique du football et les déplacements à l’étranger en sélection.

« Les arbitres ne le laisseront pas entrer sur le terrain avec, mais il peut obtenir une dérogation pour les jours de match. On va y travailler« , a révélé Me Jean-Charles Champol, l’avocat du joueur, à La Dépêche du Midi. Il vaudrait mieux. Dans le cas contraire, Tongo Doumbia, élu meilleur joueur toulousain la saison passée et très remuant en ce début d’exercice, verrait sa progression stoppée nette. Et de façon stupide. Comme il l’a reconnu lui-même à la barre : « Jusque-là, je n’ai jamais fait face à la réalité des choses. Je suis inséré, les enfants me reconnaissent dans la rue… J’ai beaucoup à perdre, j’en ai conscience maintenant. »

Source:afrik-foot

Laisser un commentaire