quand les terroristes collaborent pour se proteger…des leurs

terroristesComme je l’avais annoncé dans de précédents écrits que celui-ci vient compléter, les temps se durcissent vraiment pour les terroristes ! Aux dernières nouvelles et selon plusieurs personnes proches des concernés, c’est en effet le traître Adnane Abou Walid al Sahraoui qui a proposé sa collaboration aux forces de sécurité, espérant en retour obtenir blanchiment pour ses actes et, surtout, protection contre ses anciens compagnons de terreur.

 

Ce n’est, certes, pas une grande révélation quand on connaît le parcours d’Adnane Abou Walid al Sahraoui. Il est bien connu de tous que l’ex-terroriste d’Al-Mourabitoune avait déjà trahit Mokhtar Belmokhtar et couru prêter allégeance à l’Etat islamique dans son dos, alors que son chef avait lui-même déserté en Libye, en mai dernier. La tête du terroriste ayant été mise à prix depuis, c’est maintenant au tour de ses nouveaux « amis » de l’Etat ismalique de subir sa trahison. Acculé de toutes parts, Adnane Abou Walid al Sahraoui n’a logiquement pas eu d’autre choix que de se tourner vers les seuls qui pourraient le protéger et lui permettre de cesser sa fuite, avec l’espoir si son aide aboutissait et que le pardon pouvait lui être accordé d’obtenir une nouvelle identité et une nouvelle vie en exil, le temps que les choses s’oublient.

 

Au final, tant mieux pour lui s’il réussi car son marché n’est pas gratuit, on sait tous ce qu’il va offrir en échange et si pour sauver sa vie il nous donne celle d’un Ag Ghaly ou d’un autre, nous ne serons pas perdant.

 

Mais ce qu’il faut retenir de cette nouvelle, qui n’est au fond pas une grande surprise, c’est que la désagrégation constatée des groupes terroristes-mafieux au Mali se concrétise et prend de la vitesse. Avec l’avancée dans le même temps du processus de paix, dans le nord du Mali, c’est l’espoir d’un retour à la normale qui renaît, car seule la paix peut offrir un climat favorable à une reprise de notre économie.

 

Car les vraies priorités des Maliens aujourd’hui, ce n’est pas de s’entre-tuer au nom de valeurs désuètes et qui ne sont que de façade. Ce n’est pas non plus d’imposer à tous une loi étrangère à notre sol et à nos coutumes, la charia pour la nommer, qui autoriserait certains malades à venir mutiler ou trucider son voisin pour le motif qu’il aura dansé au son d’une musique entraînante. Comme si danser pouvait être mal, plus grave encore que de tuer…

 

Ce qui préoccupe les Maliens aujourd’hui, c’est de pouvoir travailler, d’avoir les moyens de se loger, de nourrir sa famille décemment et d’offrir une Vie avec un grand V à leurs enfants. Une vie qui mérite d’être vécue et qui ne soit pas entachée de sang et de larmes.

 

Or, c’est bien ce contexte d’insécurité, provoquée et entretenue délibérément par les terroristes, qui est à l’origine de la flambée des prix que nous connaissons et subissons chaque jour, qui nous enfonce vers la misère… Il n’y a que la paix et la sécurité qui peuvent permettre au Mali de s’ouvrir sur l’extérieur et de se développer. L’implosion des mouvances terroristes est donc inévitable, malgré les quelques soubresauts que nous subissons et que nous continuerons de subir quelque temps encore.

 

Je veux le dire haut et fort, le Mali doit en finir avec les terroristes, pour regagner sa place sur le plan international, car notre pays et notre peuple ont beaucoup à offrir et à recevoir du monde entier.

Ismaila Diarra

Laisser un commentaire